Dans les journaux

Certains médicaments sont plus sûrs et plus efficaces pour gérer les douleurs de la colonne vertébrale chez les personnes âgées de 65 ans et plus, selon une étude publiée en ligne le 27 juin 2022 par Drogues et vieillissement.

Les enquêteurs ont examiné 138 essais qui examinaient comment divers médicaments aidaient à soulager les douleurs liées à la colonne vertébrale causées par des douleurs musculaires, arthritiques ou nerveuses dans le cou, le milieu du dos et le bas du dos. Les résultats sont un guide utile pour les médecins et les personnes âgées. Voici les principaux résultats :

Médicaments en vente libre: L’acétaminophène (Tylenol) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène (Advil, Motrin IB) sont sûrs et efficaces, bien que les AINS soient plus utiles. Les AINS doivent être pris aux doses efficaces les plus faibles pour éviter les effets secondaires.

Médicaments contre les douleurs nerveuses : La gabapentine (Neurontin) et la prégabaline (Lyrica) peuvent aider à réduire les douleurs nerveuses au cou et au dos, en particulier la sciatique. Commencez par de faibles doses pour éviter la somnolence diurne et le risque de chute.

Relaxants musculaires. La tizanidine (Zanaflex) et le baclofène (Lioresal) peuvent réduire la douleur causée par les spasmes musculaires. Les personnes atteintes d’une maladie du foie doivent éviter la tizanidine et celles qui souffrent d’une maladie rénale doivent prendre du baclofène à des doses plus faibles. Évitez également les médicaments carisoprodol (Soma), chlorzoxazone (générique uniquement), cyclobenzaprine (Amrix), métaxalone (Metaxall), méthocarbamol (Robaxin) et orphena-drine (générique uniquement) en raison de leur risque de somnolence et de chutes.

Antidépresseurs. La duloxétine (Cymbalta), un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine-norépinéphrine, semble sans danger pour les douleurs nerveuses liées à la colonne vertébrale comme la sciatique. Évitez la plupart des antidépresseurs tricycliques en raison des effets secondaires potentiels. La nortriptyline (Pamelor) et la désipramine (Norpramin) sont mieux tolérées à des doses plus faibles.

Corticostéroïdes. Un court cours peut aider, mais les preuves ne sont pas solides.

Opioïdes traditionnels. À éviter en raison du risque de dépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.